Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Atelier naturel

Atelier naturel

Un blog naturel sans PEG, sans test sur les animaux, sans arôme artificiel, sans engrais chimique, sans matière grasse polyinsaturée...Un blog touche-à-tout : cosmétiques, cuisine, bricolage, enfants, couture etc...


Réfléchir au sens de Noel...

Publié par Lyla sur 24 Novembre 2005, 18:59pm

Catégories : #partage

Un Noël vraiment joyeux

 

 

Après avoir posté "ma liste au Père Noël", je me suis interrogée sur les cadeaux qui me feraient vraiment plaisir pour Nöel. Et bien, en vérité, plus que tout, ce que j'aime, c'est être avec mes parents et mon frère, être avec mon chéri et passer  une bonne soirée avec eux autour d'une fête que nous aurions préparé ensemble. Aucun magnifique cadeau ne pourrait remplacer ces moments là. Je me suis demandée alors si je n'étais pas tombée, ces dernières années, dans le piège qu'on pourrait qualifier du "Noël marchand" ? Hélas oui, j'en ai bien peur. Pour ma défense, je soulignerai que c'est si facile de se laisser glisser vers la course aux cadeaux de Noël. Le risque est pourtant bien connu : la plupart d'entre nous en viennent à grogner à l'idée de "devoir" faire les "courses" de Noël, et en sont fatigués à l'avance. Cela en devient presque une corvée , soyons honnête!

 

Je suis sûre que mes proches pensent peu ou prou la même chose que moi, alors pourquoi ne pas engager une réflexion familiale sur le sens que l'on veut donner aux fêtes de Noël ainsi qu'aux cadeaux. Je ne connais pas l'auteur, mais le texte ci-dessous, correspond véritablement à la réflexion que j'ai engagée en cette fin d'année et je vous invite vivement à le lire. Je pense que ma transition naturelle ainsi que la création de ce blog ne sont pas étrangers à cette réflexion autour de Noël et tant mieux.

 

 

"Ne serait-il pas temps de libérer Noël? Qu'on lui donne un sens religieux chrétien (lui-même une christianisation de l'ancienne fête païenne du solstice d'hiver), ou qu'on lui conserve uniquement une dimension profane de congé des Fêtes, il est urgent de se réapproprier Noël en l'arrachant à l'emprise des marchands. Car la commercialisation à outrance de toutes les fêtes du calendrier a fini par vider les rites de leur sens premier et par les réduire à une fonction économique. (...)

Qui d'entre nous ne s'est pas, à un Noël ou l'autre, senti écrasé par les obligations des fêtes : cartes de vœux, réceptions nombreuses, échanges de cadeaux, visites plus ou moins inévitables, aussi bien sur le plan professionnel que social et familial? Qui n'est pas déjà sorti des Fêtes plus épuisé que refait, en se promettant qu'on ne l'y reprendrait plus? Et n'est-il pas significatif que bien des gens profitent du congé de Noël pour s'envoler vers le Sud, loin de la famille, des fêtes et des obligations?

 

S'affranchir de la contrainte mercantile

Je ne suis pas contre les cadeaux. Et encore moins contre les fêtes. De tous temps, celles-ci ont rythmé la vie et les relations ont eu besoin d'être signifiées d'une manière tangible. Mais fêtes et cadeaux n'ont que le sens qu'on leur donne. Et nous vivons, de plus en plus, dans un monde où les personnes abandonnent leur responsabilité du sens pour s'en remettre aux spécialistes et à la société marchande : la santé est déléguée aux médecins et aux hôpitaux, l'éducation aux garderies et aux écoles, l'alimentation aux produits préfabriqués, les loisirs à la télévision et la mort aux entrepreneurs de pompes funèbres. Pas étonnant que nous soyons devenus beaucoup plus spectateurs qu'acteurs de nos vies, et que nous ayons peu à peu désappris les contraintes et les exigences de la famille, du voisinage et de l'organisation collective…

Libérer Noël, c'est s'affranchir des contraintes mercantiles et retrouver le sens de la fête et des personnes. C'est redécouvrir que la joie se mesure rarement au nombre ou à la grosseur des cadeaux. C'est réaliser combien de cadeaux donnés ou reçus ont abouti dans un placard, en attendant d'être envoyés au bazar ou refilés dans le prochain échange de cadeaux. C'est prendre conscience de la quantité industrielle de déchets inutiles - dont les emballages - qui prendront le chemin du recyclage ou du dépotoir. C'est également songer à la disproportion souvent éhontée de notre surabondance face aux besoins élémentaires et au manque cruel du nécessaire de tant d'hommes, de femmes et d'enfants autour de nous comme dans le monde.

Libérer Noël, c'est dire aux gens et aux proches qu'on les aime, les écouter, leur consacrer du temps. C'est bricoler soi-même ou en famille ses petits cadeaux. C'est donner aux siens des cartes de vœux en partageant l'argent des cadeaux avec des plus démunis, d'ici ou d'ailleurs. C'est recréer ou resserrer des liens qui s'étaient distendus. C'est réfléchir ensemble au sens du temps des Fêtes…

 

Ouverture au don

Je veux fêter Noël. Mais je ne veux plus que Noël me soit fêté, selon les pressions sociales, les obligations familiales, la publicité commerciale ou même les plus récentes modes récréotouristiques. Je veux profiter de Noël pour prendre du recul face au rythme effréné du quotidien, pour renouer avec parents et amis, pour m'ouvrir à ceux qui restent en marge, pour accueillir la Bonne Nouvelle d'un Dieu fait homme.

Mais cela n'a pas besoin de toutes ces orgies de dépenses, de toutes ces fêtes de bureaux, de toutes ces conventions sociales ou familiales qui sont peu à peu devenues des coquilles vides.

Noël est une belle fête. Et comme toute fête, Noël est un temps d'arrêt, une invitation à penser. À repenser nos vies et nos comportements, pour leur donner ou redonner du sens, un sens dans lequel nous nous reconnaissons vraiment.

Pour Noël, les marchands ont besoin que nous dépensions le plus possible (l'un des premiers appels du président Bush comme du maire Giuliani, après les attentats du 11 septembre, a d'ailleurs été pour qu'on recommence à dépenser). Mais ce dont nos enfants et amis ont vraiment besoin, ce n'est pas de bébelles ou autres jeux vidéos, mais d'amour, de présence et de sens."

Dominique Boisvert (Référence : Boisvert, Dominique et Tardif, Francine, "Comment résister au Noël marchand?", Relations, décembre 2001 (673), p. 26-27.)

 

Mon idée n'est pas de supprimer les cadeaux de Noël, loin de là, car j'adore en faire. Mais peut-être pourrions-nous en demander moins, ou de moindre valeur marchande, et retrouver les vraies valeurs : les sentimentales. Les cadeaux fait maison, par exemple, sont souvent bien plus chargés de sens et d'émotion, car celui qui les a faits, a pris de son temps et y a mis son amour : un p'tit mot, une chanson, un bricolage, des gourmandises cuisinées maison, une peinture, et j'en passe...c'est à la portée de tous.  

 

 Je me lance dans cette démarche cette année et je vais donc tenter de fabriquer certains de mes cadeaux de Noël avec l'aide notamment des recettes des filles de mes blogs favoris ! Pourquoi ne pas tous s'y mettre ?

 

 Smiley etoile5.gif

Allez, juste pour rire :

  

 

BD issue de ce site

Et pleins de super idées de cadeaux de Noël sur Raffa's Blog:  "Les cadeaux de Noël" (jouets éthiques, en bois, etc...), ou encore sur celui de Hooly : "Idées de corbeilles de Noël".

 

Commenter cet article

mama 05/07/2007 00:36

C'est vraiment trés chouette !! Si vous aimez les échanges de cadeaux, vous pouvez venir vous inscrire sur http://www.sirpriz.com nous sommes une communauté sympa à s'échanger des cadeaux ! Vous pourrez ainsi recevoir plein de colis parmis vos factures !!! Bravo pour vos articles trés sympas à lire J'espere vous voir parmis nous pour échanger des cadeaux avec vous ! Bonne continuation @mitiés

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents